Est-ce réellement grave de sous-exposer ? Incidence réelle sur les tons moyens ?

Je rappelle que sous-exposer c'est quand le capteur n'a pas reçu assez de lumière pour obtenir un fichier apte à être bien exploité.

 

Exposer à -1 IL ou -2 IL c'est 2 à 4 fois moins de lumière qu'une exposition calée au posemètre ou flashmètre. Il est possible en développement de tirer le curseur pour obtenir artificiellement la "bonne" exposition. C''est une manière pas très élégante de "récupérer" une  prise de vue. Beaucoup d'informations seront perdues dira t-on, ce qui est une évidence.

 

Maintenant, posons-nous la question sur l'information restante et non celle perdue. Notre œil est capable de discerner plus de 100 nuances de niveau par couleur primaire (les cônes de la rétine), donc un total de plus de 1 million de couleur (de 1 à 8 millions). Quand nous prenons un portrait,, l'appareil est sensible aux 3 canaux RGB, mais quel est le taux d’échantillonnage sur les tons chair d'une peau caucasienne pour une expo à 0EV (selon le posemètre ou flashmètre)  et pour une sous-exposition de -1 IL et de -2 IL ?

 

Nota : nous sommes à iso natif

 

Voici 3 prises de vue , de gauche à droite, 0EV, -1 IL et -2 IL.

 

Les 2 images sous-exposées sont éclaircies pour être au même niveau que l'image de référence 0EV.

Aucune dérive colorimétrique de la charte et de nuance de la peau de la main, est ce si étonnant ?

 

Pour un appareil de 14 bits, une sous-exposition de -1 ou de -2 IL n'est pas très préjudiciable, car le taux d'échantillonnage est très élevés. Analysons la paume de la main dans rawdigger pour connaitre son taux d'échantillonnage :

 

Nous avons un taux d'échantillonnage de plus de 700 sur les canaux verts et plus de 450 sur le canal rouge. soit 3 fois le  taux d'un jpg  limité à 256 niveaux !

 

On a donc suffisamment d'information pour "étirer" l'exposition sans destruction visible pour les tons moyens (et au dessus) tant que la sous-exposition est modérée (je rappelle, on est à iso natif).

Évidement, les ombres seront enterrées, c'est surtout la plage des basses lumières qui posera des problèmes ; éviter donc de sous-exposer.

 

Maintenant, nous pouvons nous poser une autre question assez récurrente sur les réseaux sociaux : dans une scène avec l'arrière plan très lumineux, doit-on sacrifier ce dernier et exposer pour le sujet (exemple portrait en extérieur en contre jour) ou peut-on éviter ce sacrifice ?

 

Doit-on réfléchir la dynamique utile d'une scène en sacrifiant des hautes lumières ou...pas forcement ?

Ça sera un autre article.